Le Projet

Nombre de mes amis proches sont des scientifiques. Biologistes, mathématiciens, économistes… Mes relations et amis non-scientifiques ont toujours un peu de mal à se faire à l’idée que je puisse avoir tant d’amis qui le soient. Sans même les avoir rencontrés, ils ne peuvent s’empêcher d’imaginer les conversations que nous pouvons avoir lors d’une soirée – cérébrales, ennuyeuses à mourir et farcies de vocabulaire incompréhensible. En fait, c’est tout le contraire. Les scientifiques sont avant tout des intellectuels, c’est indéniable, mais, comme tout un chacun, ce sont aussi des gens qui aiment rire, boire une bonne bière, se régaler d’un bon repas, jouer, faire de la musique, courir ou pratiquer d’autres sports. Ils s’arrachent les cheveux sur leur déclaration d’impôts, se plaignent du prix de l’essence, font de leur mieux pour élever leurs enfants… En d’autres termes, ce sont des gens exactement comme vous et moi.

Le concept de ce projet a pris forme un jour, alors qu’en compagnie de l’un de mes amis scientifiques, je rencontrai un autre de mes amis, non-scientifique. La conversation avait démarré sur une note drôle et très ouverte, mais dès qu’il s’est rendu compte que celui avec lequel je me trouvais était en réalité un chercheur, son attitude a changé du tout au tout. Il s’est mis à poser des questions très sérieuses. Fini les blagues. Comme tant d’autres, il s’imaginait que les scientifiques n’aiment pas rire et qu’il fallait immédiatement adopter une attitude « d’intellectuel » afin de ne pas être un objet de condescendance.

C’est de cette rencontre qu’est né le projet The Human Face of Science. J’ai commencé par demander à mes amis d’y participer en posant pour moi, puis à des relations moins proches, puis le cercle s’est étendu aux amis de mes amis. Certaines personnes ont un peu de mal à en comprendre l’intérêt et me demandent pourquoi je prends des photos de scientifiques sans les habituels atours de la science, blouses blanches, microscopes et pipettes. C’est exactement le but que je cherche à atteindre. Pour voir un chercheur qui ressemble à un chercheur, rien de plus facile. Il suffit d’ouvrir n’importe quel livre ou magazine traitant du sujet, et vous aurez le cliché. Il est beaucoup plus rare de les voir représentés comme des gens « normaux. »

Les scientifiques ont besoin de plus et mieux communiquer avec ceux qui ne font pas partie de leur communauté. Ils développent des idées qui peuvent potentiellement changer nos existences. Ce projet représente ma contribution, ma tentative afin d’établir un pont qui nous relie tous.

Photographie : Charles Camarda
Ecrit par : Nathalie Huet & Charles Camarda
Traduction : Nathalie Huet